[Total : 29    Moyenne : 2.9/5]

L’information vient de tomber dans les médias : une plante faisant partie de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) aurait la propriété de détruire les cellules cancéreuses.

Ce sont des chercheurs de l’université de Washington, aux États-Unis, sous la direction des Drs Narenda Singh et Henry Lai, qui ont tiré cette conclusion de leur vaste étude. Cette plante est une armoise, Artemisia annua, que la MTC utilise depuis des millénaires pour traiter le paludisme. Ces propriétés avaient été mises en lumière dans les années 1960-70 par des chercheurs de l’Académie de médecine traditionnelle chinoise qui avaient extrait le principe actif, l’artémisine, à basse température et par l’éther.
L’artémisine détruit très vite 30 % des cellules d’un cancer. Ce qui serait déjà très intéressant. Mais ces résultats vont bien au-delà, car en associant l’artémisine au fer, c’est 98 % des cellules malignes qui sont éradiquées ! Et ce en moins d’une journée. Pourquoi le fer ? Parce qu’il se fixe de préférence sur les tissus cancéreux, ignorant les cellules saines. Il magnifie donc l’effet de l’artémisine.

Cancer, l'Artemisia annua , une plante chinoise porteuse d'espoir

Cancer, l’Artemisia annua , une plante chinoise porteuse d’espoir

Les chercheurs américains ont d’ailleurs expliqué que l’action de la plante sur le paludisme vient du fait que le parasite en cause contient beaucoup de fer, il ne peut donc pas vivre en présence d’artémisine.
Le caractère unique d’une étude peut toujours prêter à suspicion. Mais l’étude américaine n’est isolée. Une autre étude menée in vitro sur des cellules de tumeurs mammaires cancéreuses a montré une destruction quasi totale de ces cellules par l’artémisine en une journée. Et toutes les autres études, nombreuses, ont montré le même effet sur les cancers, quelle que soit leur localisation, par cette association artémisine et fer.
En France, une équipe de recherche à la faculté de pharmacie de Strasbourg, a annoncé avoir mis en évidence les propriétés anticancéreuses de cette armoise. Mais, philosophie pharmaceutique oblige, il est question de « booster » l’effet des médicaments classiques ! On n’abandonne pas comme ça la toute puissante industrie pharmaceutique !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*