[Total : 29    Moyenne : 2.9/5]

L’information vient de tomber dans les médias : une plante faisant partie de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) aurait la propriété de détruire les cellules cancéreuses.

Ce sont des chercheurs de l’université de Washington, aux États-Unis, sous la direction des Drs Narenda Singh et Henry Lai, qui ont tiré cette conclusion de leur vaste étude. Cette plante est une armoise, Artemisia annua, que la MTC utilise depuis des millénaires pour traiter le paludisme. Ces propriétés avaient été mises en lumière dans les années 1960-70 par des chercheurs de l’Académie de médecine traditionnelle chinoise qui avaient extrait le principe actif, l’artémisine, à basse température et par l’éther.
L’artémisine détruit très vite 30 % des cellules d’un cancer. Ce qui serait déjà très intéressant. Mais ces résultats vont bien au-delà, car en associant l’artémisine au fer, c’est 98 % des cellules malignes qui sont éradiquées ! Et ce en moins d’une journée. Pourquoi le fer ? Parce qu’il se fixe de préférence sur les tissus cancéreux, ignorant les cellules saines. Il magnifie donc l’effet de l’artémisine.

Cancer, l'Artemisia annua , une plante chinoise porteuse d'espoir

Cancer, l’Artemisia annua , une plante chinoise porteuse d’espoir

Les chercheurs américains ont d’ailleurs expliqué que l’action de la plante sur le paludisme vient du fait que le parasite en cause contient beaucoup de fer, il ne peut donc pas vivre en présence d’artémisine.
Le caractère unique d’une étude peut toujours prêter à suspicion. Mais l’étude américaine n’est isolée. Une autre étude menée in vitro sur des cellules de tumeurs mammaires cancéreuses a montré une destruction quasi totale de ces cellules par l’artémisine en une journée. Et toutes les autres études, nombreuses, ont montré le même effet sur les cancers, quelle que soit leur localisation, par cette association artémisine et fer.
En France, une équipe de recherche à la faculté de pharmacie de Strasbourg, a annoncé avoir mis en évidence les propriétés anticancéreuses de cette armoise. Mais, philosophie pharmaceutique oblige, il est question de « booster » l’effet des médicaments classiques ! On n’abandonne pas comme ça la toute puissante industrie pharmaceutique !


[Total : 25    Moyenne : 3/5]

L’effet anticancéreux de l’artémisine est un sujet particulièrement « brûlant ». Cet effet a été prouvé à
plusieurs reprises in vitro, sur des lignées de cellules cancéreuses provenant de différentes origines : sein, poumon, rein, ovaire, prostate, colon, tissu hématopoiétique.

Cependant il n’a pas été rapporté d’études cliniques sur l’efficacité de l’artémisine contre le cancer, et on ne peut s’appuyer que sur des rapports d’observations isolées. L’artémisine agirait selon différents processus (3): mort des cellules cancéreuses (apoptose), inhibition de la prolifération cellulaire cancéreuse, inhibition de l’angiogénèse, freinage de la migration cellulaire cancéreuse. Le mécanisme d’action se rapproche du mécanisme observé dans le paludisme (4,5) : la molécule d’artémisine est activée en présence de Fer qui ouvre le pont peroxyde, libèrant des radicaux libres qui tuent la cellule cancéreuse. Les cellules cancéreuses sont naturellement riches en Fer (celui-ci est nécessaire pour leur prolifération) et elles sont donc plus sensibles à l’effet cytotoxique de l’artémisine que les La molécule d’artémisine.

L’effet anticancéreux de l’artémisine artemesia annua est prouvé

L’effet anticancéreux de l’artémisine artemesia annua est prouvé

Le pont endoperoxyde (O-O) est l’élément essentiel pour l’activité de l’artémisine. En présence de
Fer, le pont se rompt et libère des radicaux libres qui bloquent la synthèse des protéines du parasite
(par inhibition de la CA++ ATPase), ce qui tue le parasite.
Le pont peroxyde. Il réunit deux atomes d’oxygène.
Dans le cas du paludisme, l’artémisine est active sur les trophozoïtes jeunes (1) et évite
l’évolution vers les stades de trophozoïtes plus tardifs, où le parasite adhère à l’endothelium
vasculaire ; ce phénomène est appelé séquestration et il se produit dans les microvaisseaux
des organes vitaux et notamment du cerveau.
Ce stade de séquestration est considéré comme responsable des complications de l’accès palustre et notamment du neuropaludisme, avec adhérence des hématies parasitées à la paroi des veinules postcapillaires du cerveau, inflammation et hémorragies autour des vaisseaux, le coma étant dû à l’accumulation dans les capillaires cérébraux d’un grand nombre d’hématies parasitées, responsables de troubles métaboliques par production de toxines. On a pu expérimentalement fixer la molécule d’artémisine sur des molécules de transferrine, porteuses de Fer ; la transferrine est captée par la cellule cancéreuse et la pénètre, introduisant en même temps le Fer et l’artémisine ; dans la cellule le Fer est libéré et l’artémisine l’utilise pour libérer des radicaux libres et tuer la cellule… Le rôle du Calcium a également été mis en évidence. En fait dans la tisane et encore plus dans la poudre de plante entière, l’artémisine n’est pas seule. Il existe de nombreuses autres molécules: les flavonoïdes qui sont présents dans les feuilles d’Artemisia annua, mais également en grandes quantités dans les tiges. Les flavonoïdes ont une action anticancéreuse propre . Certains inhibent l’angiogénèse, d’autres comme le limonène inhibent la prolifération cancéreuse. Mais les flavonoïdes ont aussi une action synergique de l’artémisine: Ils sont antioxydants et facilitent l’activation de l’artémisine et la libération des radicaux libres.
L’effet cytotoxique a été retrouvé in vitro sur différentes cultures cellulaires cancéreuses : cancer du sein, cancer du poumon, lymphocytes, cancer de la prostate . L’artémisine aurait un effet antioestrogénique spécifique, en bloquant les récepteurs oestrogéno sensibles de cultures de cellules tumorales de cancer du sein. En l’absence d’études précises, la posologie n’est pas nettement définie ; on conseille habituellement un litre de tisane par jour, préparé avec une bonne cuillerée à soupe de feuilles, mais il est possible qu’un bol ou une à deux gélules par jour soient suffisants.

Sources
1. Efferth T, Dunstan H, Sauerbrey A, Miyachi H, Chitambar CR. The anti-malarial artesunate is also active
against cancer. Int J Oncol. 2001 ;18 : 767-73.
2. Efferth T. Antiplasmodial and antitumor activity of artemisinin–from bench to bedside. Planta Med. 2007 ; 73 : 299-309.
3. Firestone GL, Sundar SN. Anticancer activities of artemisinin and its bioactive derivatives. Expert Rev Mol Med. 2009, 30;11: e32.
4. Lai H, Sasaki T, Singh NP. Targeted treatment of cancer with artemisinin and artemisinin-tagged ironcarrying compounds. Expert Opin Ther Targets. 2005 ; 9 : 995-1007.
5. Lai H, Singh NP. Oral artemisinin prevents and delays the development of 7,12-dimethylbenz[a]anthracene (DMBA)-induced breast cancer in the rat. Cancer Lett. 2006 Jan 8;231(1):43-8.
6. Mu D, Zhang W, Chu D, Liu T, Xie Y, Fu E, Jin F. The role of calcium, P38 MAPK in dihydroartemisinininduced apoptosis of lung cancer PC-14 cells. Cancer Chemother Pharmacol. 2008 ; 61 : 639-45.
7. Ferreira JFS, Luthria DL, Sasaki T, Heyerick A. Flavonoids from Artemisia annua as antioxidants and their potential synergism with artemisinin against malaria and cancer. Molecules 2010, 15, 3135-3170.
8. Manuele MG, Ferraro G, Anesini C. Effect of Tilia x viridis flower extract on the proliferation of a lymphoma cell line and on normal murine lymphocytes: contribution of monoterpenes, especially limonene. Phytother Res. 2008, 22:1520-6.
9. Singh NP, Lai H. Selective toxicity of dihydroartemisinin and holotransferrin toward human breast cancer cells. Life Sci 2001 ; 70 : 49-56.
10. Lu YY, Chen TS, Qu JL, Pan WL, Sun L, Wei XB. Dihydroartemisinin (DHA) induces caspase-3-dependent apoptosis in human lung adenocarcinoma ASTC-a-1 cells. Biomed Sci. 2009 ;16:16.
11. Zhou HJ, Wang Z, Li A. Dihydroartemisinin induces apoptosis in human leukemia cells HL60 via
downregulation of transferrin receptor expression. Anticancer Drugs. 2008 ; 19 : 247-55.
12. Lai H, Sasaki T, Singh NP, Messay A. Effects of artemisinin tagged holotransferrin on cancer cells. Life Sci
2005 ; 76 : 1267-79.
13. Thangaiyan R, Anupam B. d-Limonene sensitizes docetaxel-induced cytotoxicity in human prostate cancer cells: Generation of reactive oxygen species and induction of apoptosis. J Carcinog. 2009; 8: 9. Published online 2009 May 21. doi: 10.4103/1477-3163.51368
14. Sundar SN, Marconett CN, Doan VB, Willoughby WA, Firestone GL. Artemisinin selectively decreases functional level of oestrogen receptor-alpha and ablates oestrogen-induced proliferation in human breast cancer cells. Carconigenesis, 2008 ; 29 : 2252-58.


[Total : 3    Moyenne : 3.7/5]

Le prix Nobel 2015 de médecine a été attribué conjointement À Youyou Tu Chine, William Campbell, Irlande, Satoshi Omura Japon Découvreurs de traitements contre les infections parasitaires et le paludisme.

La chercheuse Youyou Tu qui a mélangé les médecines ancestrale et moderne
Les lauréats du prix Nobel cette année ont développé des thérapies qui ont révolutionné le traitement de certaines des maladies parasitaires les plus dévastatrices souligné le comité Nobel de l’institut Karolinska
Âgée de 84 ans, Tu Youyoua a découvert un traitement particulièrement efficace contre le paludisme grâce à un extrait de la plante armoise annuelle ou absinthe chinoise (Artemisia annua). Pour ce faire, cette scientifique s’est plongée dans les recettes de la médecine ancestrale.
Les lauréats du prix Nobel cette année ont développé des thérapies qui ont révolutionné le traitement de certaines des maladies parasitaires les plus dévastatrices souligné le comité Nobel de l’institut Karolinska

L'Artémisinine, traitement naturel

L’Artémisinine, traitement naturel

Âgée de 84 ans, Tu Youyoua a découvert un traitement particulièrement efficace contre le paludisme grâce à un extrait de la plante armoise annuelle ou absinthe chinoise (Artemisia annua). Pour ce faire, cette scientifique s’est plongée dans les recettes de la médecine ancestrale.

L’intérêt thérapeutique de l’artémisinine pour le traitement du paludisme à Plasmodium falciparum a été mis en évidence en 1972 par le Professeur Tu Youyou, membre de l’Académie chinoise des sciences médicales à Beijing, dont les recherches portaient sur des textes traitant de médecine traditionnelle et sur les remèdes populaires. L’artémisinine est l’une des rares substances dérivées de médicaments traditionnels à sortir des textes anciens pour être utilisées par la médecine contemporaine basée sur la science et c’est certainement, à ce jour, le seul exemple de médicament qui pourrait être qualifié de «perle rare». À cet égard, la médecine traditionnelle chinoise est différente des autres formes de médecine traditionnelle, par exemple la médecine ayurvédique. La médecine traditionnelle chinoise a une grande importance en Chine et dans les autres pays asiatiques, où, selon l’OMS, jusqu’à 80% de certaines populations y ont recours.


[Total : 59    Moyenne : 3.3/5]

Deux scientifiques de l’Université de Washington, à Seattle, ont découvert qu’un médicament antipaludique, l’artémisine, possède des vertus anticancéreuses.

Selon Henry Lai et Narendra Singh, l’artémisine vient à bout des cellules cancéreuses, en huit heures dans le cas d’une leucémie, et en 16 heures dans celui d’un cancer du sein. Cette substance posséderait l’autre avantage non négligeable de ne pas s’attaquer aux cellules normales. Déjà, des substances anticancéreuses ont été soupçonnées ces dernières années chez des plantes comme la pervenche de Madagascar et l’arbre d’If, des épices dont l’ail, etc. L’artémisine est active contre les souches multirésistantes de plasmodium, agent du paludisme. Cette molécule se débarrasse de la maladie en interagissant avec les ions métalliques, qui se trouvent en grande quantité dans ce protozoaire.

Une plante médicinale chinoise efficace contre le cancer

Une plante médicinale chinoise efficace contre le cancer

Les scientifiques ont essayé ce médicament pour traiter les cellules cancéreuses, qui disposent, elles aussi, d’une forte concentration d’ions métalliques. L’artémisine est une molécule qu’on extrait à partir d’une herbe médicinale, Artemisia annua, connue et utilisée pour soigner les fortes fièvres, et le paludisme en particulier. Les Chinois connaissent les vertus d’Artemisia annua, ou armoise amère, depuis plus de 2 000 ans. Les armoises sont des plantes souvent aromatiques. Parmi elles, on distingue l’armoise commune ou Artemisia vulagris, l’herbe aux cent goûts, l’absinthe ou Artemisia absinthium, l’estragon ou Artemisia dracunculus, l’armoise champêtre ou Artemisia campestris. Les chercheurs poursuivent leurs travaux, qui sont publiés dans la revue Life Sciences, sur des animaux. Ils ont déjà obtenu des résultats estimés encourageants sur un chien atteint d’un cancer des os.

aAcheter de l'artmisia annua sur la boutique en ligne Biologiquement.com

aAcheter de l’artmisia annua sur la boutique en ligne Biologiquement.com


[Total : 8    Moyenne : 3.1/5]

La recherche sur Artemisia Annua bio pour le traitement du cancer a montré des résultats prometteurs.

Des extraits de cette plante ont été trouvés pour cibler les cellules cancéreuses et provoquer l’apoptose (la mort cellulaire), sans nuire aux cellules saines ne sont pas touchés par le cancer.

Ce supplément peut réduire encore plus le flux sanguin vers les tumeurs cancéreuses et agit comme un anti-oxydant. Cependant, il y a des preuve scientifique qui détermine définitivement que Artemisia annua bio en gélules prévient le cancer et peut le guérir.

Artemisia Annua pour la recherche de traitement du cancer

Artemisia Annua pour la recherche de traitement du cancer

Artemisia annua bio est connu surtout comme Armoise, Sagewort douce, Douce Annie, ainsi que l’armoise annuelle. En Chine, la plante est connue comme hao qing (ching-faire prononcé). Cette forme de la plante a été utilisée pendant des siècles en raison de son potentiel pour améliorer le système immunitaire.

AVANTAGES
– Soutenient le système immunitaire
– Affiche bienfaits anti-virales et anti-fongiques
– Présente Certains effets anti-cancer; Plus de recherche nécessaire
– Utilisé par plus d’un million patients
– Utilisé pour stimuler le Qi et le vieillissement lent dans la médecine chinoise


[Total : 4    Moyenne : 3/5]

La plante Artemesia annua L., communément appelée armoise, il y a des milliers d’années. Extraits d’absinthe douce ont été utilisés dans la médecine traditionnelle à base de plantes, et un ingrédient actif,l’artémisinine, est maintenant utilisé dans le traitement médical conventionnel du paludisme.

Université de Washington: la recherche Professeur Henry Lai et la recherche de professeur assistant Narendra Singh ont exploité les caractéristiques chimiques d’un dérivé de l’armoise pour cibler les cellules du cancer du sein, avec des résultats effectivement efficaces. Une étude dans le dernier numéro de la vie revue Sciences décrit comment le dérivé tué environ toutes les cellules du cancer du sein humaines exposées dans un délai de 16 heures.

“Non uniquement il semble être efficace, mais il est très sélective”, a déclaré Lai. «C est très toxique pour les cellules cancéreuses,mais a un impact marginal sur les cellules normales du sein.” Le composé aide aussi à contrôler le paludisme, car il réagit avec les concentrations élevées de fer trouvées dans le parasite du paludisme.

Lorsque l’artémisinine entre en relation avec le fer, une réaction chimique se ensuit, le frai chargé atomes que les chimistes appellent “les radicaux libres.” Les radicaux libres attaquent les membranes cellulaires,les casser et tuer le parasite unicellulaire.

En la présente étude, les chercheurs ont soumis ensembles de cellules de cancer du sein et les cellules normales du sein à des doses de holotransferrine (qui se lie aux récepteurs de la transferrine pour transporter le fer dans les cellules), la dihydroartémisinine(une forme plus soluble dans l’eau de l’artémisinine) et une combinaison des deux composés. Les cellules exposées à l’un parmi plusieurs éléments ont montré aucun effet appréciable.

Cellules mammaires normales, exposés à deux composés, exposées un effet minime. Mais la réponse par les cellules cancéreuses lorsqu’il a frappé avec la première holotransferrine, puis dihydroartémisinine, était spectaculaire. Après huit heures, à seulement 25% des cellules cancéreuses est resté. Au moment 16 heures avaient passé, presque toutes les cellules étaient morts.

Une étude antérieure impliquant des cellules de leucémie a donné des résultats encore très impressionnants. Ces cellules ont été éliminés dans les huit heures. Une explication possible pourrait être le niveau de fer en les cellules leucémiques. “Ils ont un des concentrations de fer les plus élevés parmi les cellules cancéreuses», a dit Lai. ”

ARTEMISIA HERBES L'ESPOIR CONTRE LE CANCER ET LA LEUCÉMIE

ARTEMISIA HERBES L’ESPOIR CONTRE LE CANCER ET LA LEUCÉMIE

Les cellules leucémiques peuvent avoir plus de 1,000 fois la concentration de fer qui les cellules normales ont. “La prochaine étape, selon Lai, est l’expérimentation animale. Des essais limités ont été réalisés dans ce domaine. Dans une étude antérieure, un chien avec un cancer des os si grave qu’il ne pouvait pas marcher fait une récupération complète en cinq jours après avoir reçu le traitement. Mais des tests plus rigoureux est nécessaire. Si le processus est à la hauteur de sa promesse initiale, il pourrait révolutionner la façon dont certains cancers sont approchés, Lai a dit.

Le but serait un traitement qui pourraient être pris par voie orale, sur une base ambulatoire. “Ce serait très facile, ce qui pourrait rendre cela possible”, a déclaré Lai. “Le coût est un autre avantage – à 2 dollars par dose, c est sans doute pas cher. Et, avec les millions de personnes qui ont déjà eu l’artémisinine contre le paludisme, nous avons une feuille de route montrant que ce est sûr “.

Quoi qu’il arrive, Lai a dit, une partie du crédit devra aller aux praticiens médecins inconnus, aujourd’hui disparu. “Ce qui est fascinant, ce est que ce était quelque chose que les Chinois ont utilisé des milliers d’années précédentes ” a t-il explique. “Nous avons tout simplement trouvé une autre application.”

Armoise, ou Artemisia annua, ne doivent pas être confondus avec simple Wormwood , ou Artemisia absinthium. Bien que l’absinthe est liée à armoise, ils sont utilisés de différentes manières. Extraits d’absinthe douce ont été utilisés dans la médecine traditionnelle à base de plantes, et un ingrédient actif, l’artémisinine, est maintenant exploité en le traitement médical conventionnel du paludisme.

Artemisia absinthium ou Wormwood

Artemisia absinthium ou absinthe est une plante vivace arbustive dont les pousses, les fleurs et les feuilles supérieure sont utilisés dans les plantes médicinales et comme un arôme amer pour les boissons alcoolisées – absinthe. Il est originaire d’Europe, d’Afrique du Nord, et en Asie occidentale, et maintenant se développe également en Amérique du Nord.

Wormwood simple est promu comme un sédatif et anti-inflammatoire. Il y a aussi fait valoir qu’elle peut traiter la perte d’appétit, troubles de l’estomac et du foie et la vésicule biliaire plaintes. En médecine populaire, il est utilisé pour un large éventail de troubles de l’estomac, de la fièvre, et des menstruations irrégulières. Il est également exploité pour lutter contre les vers intestinaux. Extérieurement, il est appliqué sur les plaies qui cicatrisent mal, des ulcères, des taches de la peau, et les piqûres d’insectes.

Il est utilisé dans les traitements moxibustion pour le cancer . Moxibustion est une pratique de la médecine traditionnelle du chinoise et tibétaine qui stimule les points d’acupuncture afin de promouvoir la capacité du corps à se guérir. Les praticiens affirment que la chaleur rayonnante produite par les herbes brûlant pénètre profondément dans le corps, où il est censé pour rétablir l’équilibre et la circulation de l’énergie vitale ou force de vie appelée qi ou chi. La moxibustion est promu pour améliorer la santé générale et le traitement du cancer et les maladies chroniques telles que l’arthrite, troubles digestifs, et des ulcères. Il est également censé augmenter la circulation au bassin et porter sur la menstruation.

Quelle est l’histoire derrière elle?

Artemisia absinthium a été exploité par Hippocrate, et les premières références à l’absinthe en la civilisation occidentale se trouve dans la Bible. Extrait d’absinthe a pareillement été exploité en l’Egypte ancienne. L’herbe est souvent mentionné dans le premier siècle grec et écrits romains et aurait été placé dans les sandales de soldats romains pour aider à apaiser leurs pieds endoloris. Elle a été prise comme un traitement pour les ténias aussi loin que le Moyen Age.

En 1797, Henri Pernod développé l’absinthe, une boisson alcoolisée contenant alcools de l’absinthe, le fenouil, l’anis et parfois d’autres herbes. Absinthe est envahit en Europe et aux États-Unis au XIXe siècle. Il a finalement été interdit dans plusieurs pays au début du XXe siècle a cause de ses effets néfastes présumés et qualités de dépendance. Une analyse plus récente a suggéré que, lorsqu’il est correctement préparé et distillée, la teneur en thuyone dans ces boissons était très faible. Il semble plus probable que la dépendance et d’autres effets néfastes de l’absinthe étaient en raison de sa teneur en alcool, qui est d’environ 60% à 85%. Additifs ou impuretés différentes de différents distillateurs peuvent ont également produit certains de ces effets. Même si l’absinthe est illégale en quelque pays, différents types peuvent être trouvés dans certains pays européens. Cependant, leur teneur en thuyone est strictement limité. L’absinthe est aussi un ingrédient dans le vermouth et d’autres boissons.

Y a t-il des problèmes ou des complications possibles ..?

La plante comporte une huile volatile avec un haut niveau de thuyone et il est surtout connu comme un composé chimique en l’esprit de l’absinthe / alcool; en plus grande quantité est toxique pour l’homme et dans de plusieurs pays, la quantité de thuyone autorisés en les produits alimentaires ou des boissons est réglementée.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’OMS interdit la plante artemisia annua, plus grand remède contre le cancer qu’elle eradique en 16 heures…

L’OMS interdit l’un des plus grand remède contre le cancer…

L’OMS interdit la plante artemisia annua, plus grand remède contre le paludisme et le cancer car elle pourrait également aider contre d’autres maladies graves: elle est trop efficace et pourrait nuire aux profits du cartel pharmaceutique mondial.

Cette organisme me fait suer au plus haut degré sachant ce qu’elle est et qui la dirige. Maintenant j’espère que vous allumerez sur le rôle de l’OMS en ce qui concerne ses préoccupations à votre santé versus être à la solde des fondations médicales de l’Élite Mondiale.

‘Artemisia annua bio est une plante aromatique qui a été utilisée par la médecine chinoise en tant que puissant remède du paludisme, maladie qui, en dépit des statistiques officielles, reste la plus ravageuse de la planète. L’artémisine est le principe actif de cette plante. On vient de se rendre compte de sa stupéfiante efficacité contre le cancer du poumon et du sein. À condition d’y ajouter du fer.

Artemisia annua la plante anti-cancer

Artemisia annua la plante anti-cancer

La Revue des Sciences de la Vie (USA) a présenté une vaste étude de l’Université de Washington, menée par les Drs Narenda Singh et Henry Lai sur l’artémisine bio. Elle a découvert au départ que l’artémisine bio pouvait détruire rapidement près de 30% des cellules cancéreuses du poumon. Mais en la combinant avec du fer, elle éradique jusqu’à 98% des cellules cancéreuses, en seulement 16 heures !

En plus, la consommation de cette plante n’a aucun impact sur les cellules pulmonaires saines en raison du fer qui se joint sélectivement au tissu cancérisé, ceci favorisant l’attaque ciblée de l’artémisine bio.

Le rapport précise que selon les résultats, « l’artémisine bio arrête le facteur de transcription « E2F1 » et intervient dans la destruction des cellules cancéreuses du poumon, ce qui signifie qu’elle présente un moyen de transcription selon lequel l’artémisine bio contrôle la croissance des cellules cancéreuses ».

Une autre étude a été menée sur des échantillons de tumeurs mammaires cancéreuses in vitro. Vu que ces cellules ont aussi une forte propension à accumuler le fer, il a aussi été associé du fer à l’artémisine bio. Il a ainsi été obtenu un taux de 75 % de destruction du cancer après seulement 8 heures et presque 100% en seulement 24 heures.
Depuis, de nombreuses expériences ont été menées sur différents cancers (prostate, intestins….), et jusqu’à présent elles ont toutes prouvé que l’artémisine bio combinée au fer détruisait sélectivement les tumeurs cancéreuses, ce qui a fait définir l’artémisine – par le Dr Len Saput -, comme « une bombe intelligente pour le cancer »

NOTA : Concernant le paludisme, les bio-ingénieurs Henry Lai et Narendra Singh, de l’Université de Washington, ont été les premiers scientifiques à expliquer que le parasite du paludisme ne peut pas survivre en présence d’artémisine bio, étant donné qu’il est très riche en fer.